LesPAZAventures

La côte pacifique centrale

 

Nous ne nous attarderons pas à San José, juste le temps de nous reposer un peu après notre course effreinée sur la panaméricaine et de mettre à jour les calendriers de l’avent Lego Friends !  

C’est à 6 que nous reprendrons la route vers de la côte Pacifique : direction les hauteurs de Dominical ! 
Après un peu moins de 4 heures de route, un col à 3350 mètres et 52 histoires, nous arrivons à CasaNanda, une jolie maison au coeur d’un écrin de verdure. Depuis la terrasse, nous pourrons observer des cerfs broutant paisiblement des nonis, des papillons multicolores et des myriades d’oiseaux dont de nombreux toucans !! 
Et tout ça dans le calme le plus absolu, sauf au petit matin quand résonne dansa vallée l’appel gutural des singes hurleurs …
Un vrai petit coin de paradis. 
1 casananda
1b casanbda
De la maison partent quelques sentiers qui s’enfoncent dans la forêt tropicale et l’un d’entre eux nous mènera à une petite cascade de la rivière de la Quebrada Salto. L’eau y est bien froide, et seules les filles oseront se mettre à l’eau ! 
2 balade à la rivière
À quelques dizaines de kilomètres de la maison se trouvent également 2 parcs nationaux : 
– le Parque Nacional Manuel Antonio qui regorge de faune : raton laveur, singes hurleurs, singes écureuils, basilic (ce petit lézard qui court sur l’eau), iguanes, cerfs, singes capucins, papillons multicolores, coati, paresseux…
3 animaux 1
4 animaux 2
5 animaux 3
mais aussi de très nombreux homo sapiens sapiens americanus !
Nous avions effectivement lu dans le Lonely Planet que ce parc était l’un des plus fréquentés du Costa Rica, mais la réalité a dépassé notre imagination… 
6 entrée PN Manuel Antonio
Il a d’abord fallu que nous fassions près de 20 minutes de queue avant de pouvoir entrer dans le parc !! Du jamais vu depuis le début du voyage… 
Puis une fois nos sacs fouillés par les gardes natures (seuls sont autorisés les sandwichs, l’eau, les fruits et les biscuits), nous nous joignons aux hordes de touristes sur les sentiers du parc. 
Nous irons jusqu’à la très jolie plage Gemelas, un peu moins fréquentée par les touristes car un peu plus éloignée… nous trouverons un petit coin ombragé pour installer nos serviettes.
7 playas gemelas
Quelques capucins se baladent sur les branches des arbres qui nous surplombent. L’eau de la mer est chaude et les filles seront ravies de s’y baigner. 
Ce paysage idyllique de carte postale tournera cependant presque au film catastrophe au moment de la pause pique-nique : les capucins, probablement habitués à se faire nourrir par les touristes, restent postés dans les arbres à l’affut du 1er sac ouvert sur lequel ils se ruent pour dérober pain ou biscuits à des touristes désemparés puis s’empressent de remonter dans les arbres pour partager leur butin, tels des Robins des bois du règne animal ! 
Le plus vieux d’entre eux se montrera très agressif lorsque Baboucha lui coupera involontairement la route vers l’un de nos sacs à dos avec babines retroussées et cris d’intimidation !! 
Nous arriverons à le faire fuir à coups de manou, mais resterons sur nos gardes pendant toute la durée de notre repas… 
– le Parque Nacional Marino Ballena, dont la petite partie terrestre s’étend sur quelques kilomètres de plages de sable fin bordées de cocotiers, la majeure partie du parc étant marine. 
Ce parc doit son nom aux baleines à bosse qui viennent s’y reproduire, les mêmes ballenas jorobadasque nous avions pu observer en Équateur, mais aussi au banc de sable prolongé de rochers, qui ressemble à marée basse, vu du ciel, à la queue d’un cétacé. 
8 PN Marino ballena
Nous profiterons un moment de la plage, dans une chaleur étouffante, et même la baignade dans le chenal tout proche  ne nous raffraichira pas tant l’eau est chaude ! 

One Comment

  • Edmond

    Les singes nourris par les touristes sont agressifs partout, chez nous à la Montagne des Singes les magots de l’Atlas sont pareils, il faut s’en méfier surtout lorsqu’on se promène avec les enfants, ils en profitent pour chaparder.
    Vous étiez habitués à visiter bien souvent seuls de magnifiques contrées ignorées des touristes mais le Costa Rica vit principalement du tourisme avant l’agriculture alors c’est un peu normal de retrouver du monde à l »entrée des parcs et puis pour les américains c’est presque la porte à coté, en avion c’est tellement vite fait…
    Thomas vous a déjà quitté ?
    Bises à vous tous et bonne fin d’année 2017.
    Danièle et Edmond

Leave A Reply Annuler la réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.