LesPAZAventures

La réalité du quotidien en voyage

Un voyage au long cours en camping car sur les routes des Amériques, c’est loin d’être des vacances tous les jours, contrairement aux idéea reçues…
 
La liberté a aussi ses contraintes !
 
Ce qui est si facile dans une vie sédentaire l’est nettement moins en voyage, surtout à l’étranger : allumer la lumière, ouvrir un robinet, tirer la chasse d’eau, se connecter sur internet, se doucher à l’eau chaude, lancer une machine… tout ça peut paraître anodin pour qui vit dans une maison ou un appartement, mais pour nous, ce sont des préoccupations quotidiennes !
 
Heureusement après 8 mois de voyage, on commence à être rodés…
 
L’eau :
Nous en utilisons pour tout : boire, cuisiner, se laver, laver les fruits et les légumes, les toilettes etc…
Nous avons 2 réservoirs pour une capacité totale de 200 litres : c’est beaucoup et peu à la fois, compte tenu de nos besoins en eau !
Nous consommons environ 40 litres d’eau par jour, nous avons donc une autonomie de 5 jours…
Tous les 5 jours, il nous faut donc trouver un endroit oú remplir 200 litres d’eau… souvent les stations services ont des points d’eau à disposition… mais le débit est généralement très faible et à 3 litres par minute, ça peut vite prendre du temps !
Parfois quand le point d’eau est trop loin pour être accessible à l’aide de notre tuyau c’est avec un entonnoir et des bidons de 7 litres que nous effectuons le plein d’eau : il faut donc compter au bas mot 15 voyages de 2 bidons pour remplir nos réservoirs ! Ça muscle les bras 😉
 
En règle générale, nous arrivons à trouver quasiment partout de l’eau gratuite (mais pas forcément potable), cependant dans certaines régions désertiques, comme le désert d’Atacama, la mission « eau » devient moins aisée et se doucher devient un luxe !
 
Le gaz :
Nous en utilisons pour faire fonctionner notre frigo, pour notre chauffe-eau et aussi pour cuisiner.
Une bouteille de 10kg nous dure une 15aine de jours, ensuite il faut en changer.
Le truc c’est que chaque pays a son propre système de gaz : les bouteilles sont différentes, les détendeurs aussi et bien souvent on n’arrive pas à faire remplir les bouteilles étrangères dans les usines de gaz, à quelques très rares exceptions !
En 6 pays, nous avons dû acheter 4 bouteilles et détendeurs différents !
Pour la Bolivie, le problème ne s’est pas posé : nous y sommes restés moins d’un mois et nous avions 2 bouteilles argentines pleines en entrant !
 
Actuellement en Équateur, nous venons de poireauter plus de 45 minutes à chaque fois devant 2 usines de gaz et d’essuyer 2 refus… il ne nous reste qu’une semaine d’autonomie…
 
 
L’électricité :
Nous en utilisons pour nous éclairer, pour recharger nos appareils électroniques (batterie d’appareil photo, téléphone, tablette, …), pour faire tourner la pompe à eau, pour mixer les soupes etc…
Nous avons sur le toit du camping car un panneau solaire de 120 W relié à 2 batteries cellule qui se chargent également quand on roule.
Grâce à cette installation et à nos 100 km quotidiens en moyenne,  nous sommes 100% autonomes en électricité et nous n’avons pas besoin de nous raccorder au secteur.
 
Les vidanges des eaux usées :
Comme on pouvait s’en douter, nous avons bien du mal à trouver des stations de vidanges où vider nos eaux grises (comprendre les eaux sales en provenance de l’évier, de la douche et du lavabo) et nos eaux noires (comprendre les toilettes !).
A part quelques campings qui proposent un accès direct à la fosse septique pour vider les toilettes, la majorité de nos vidanges sont plus « sauvages »…
Il faut trouver un petit terrain vague à l’abri des regards ou un petit chemin désert où vider nos réservoirs d’eaux sales… et comme nous avons de petites contenances pour les eaux sales, notre petit manège revient en moyenne tous les 2 jours !
Dans des pays immenses avec de grandes étendues complètement désertiques comme en Argentine ou au Chili, c’est plutôt fatoche !! Mais dans des pays nettement plus petits et plus peuplés, comme la Bolivie, le Pérou ou l’Équateur, ça devient un peu plus sportif !!
 
Les bivouacs :
Tous les jours ou presque il s’agit de trouver un nouvel endroit où dormir…
Les critères sont nombreux et malheureusement pas souvent toujours tous remplis !
Le premier pris en compte reste bien évidemment la sécurité !
Puis viennent conjointement un terrain plat et un environnement calme, en dépensant le moins possible !
Et enfin la cerise sur le gâteau, une jolie vue !!
 
Nous avons passé un paquet de nuits dans des villages autour de la place, ou sur un parking de routiers dans des stations service… bien souvent ces bivouacs sont sûrs, très peu chers, plats, mais quasiment toujours bruyants : chiens qui aboient toute la nuit au pied du camping car ou camions qui démarrent à l’aube, pour ne citer que ça !!
Heureusement nous en avons trouvé certains plus calmes 😉
Et l’application iOverlander nous aide beaucoup à trouver notre bonheur !
 
Les cartes routières et le GPS :
Au delà des dangers de la route que sont les animaux en liberté que l’on croise régulièrement quelque soit le pays (vaches, lamas, chèvres, moutons, etc…) ou les fanjos péruviens, il n’est pas toujours aisé de se repérer et de se diriger !
Il est quasiment impossible de trouver un atlas routier ou une carte détaillée du réseau routier avec l’état des routes, et ce quelque soit le pays !
Et comme nous n’en avions apporté aucune, nous voilà à la merci des GPS, qui sont parfois source de problème plus que de solutions !
En particulier MAPS.ME, très pratique à utiliser avec iOverlander, mais avec un regard très critique quant au parcours proposé… il nous a déjà envoyé plus d’une fois sur une route à chèvre pour sortir de certaines villes : notre trajet Cusco – Pisac par exemple, dont Thomas se souviendra très certainement et qui nous a pris 3 heures au lieu de 30 minutes !!
 
Le carburant :
S’il est extrêmement facile de se ravitailler en carburant (de plus ou moins bonne qualité) il est des endroits où faire le plein ressemble à un parcours du combattant : dans certains endroits de Bolivie c’était vraiment galère de devoir faire des allers retours avec nos bidons de 20 litres pour remplir le réservoir, parce que c’était la seule façon de s’en procurer…
 
La lessive :
Même si nous sommes bien équipés pour faire notre lessive, laver du linge nécessite pas mal d’eau, qui comme on l’a vu plus haut, demande un peu plus d’énergie que de simplement ouvrir un robinet…
Et puis avec le climat humide de la carretera austral ou le froid des plaines patagones, pas facile de faire sécher correctement son linge !
Comme nous sommes partis avec très peu de vêtements, la question de la lessive revient régulièrement, tous les 7 à 10 jours en moyenne.
Nous recourrons donc aux services des lavanderias, ces laveries où on dépose son linge sale et où on le récupère le plus souvent 24h plus tard, propre, séché et parfois plié.
On trouve de ces petites merveilles presque dans toutes les villes, petites ou grandes, mais bien entendu pas dans les parcs nationaux, ni les petits bleds reculés… et bien sûr elles sont ouvertes du lundi au samedi avec des plages horaires souvent bien larges (9h – 22h).
C’est donc une petite gymnastique qu’il faut faire régulièrement pour adapter le planning à nos paniers de linge sale 😉
 
 
Et « last but not least » l’école : 
Zoé venant de fêter ses 6 ans, nous sommes tenus de l’instruire !
Et nous nous y tenons tous les matins (ou presque) après le petit déjeuner… 45 min à 1 heure maxi de français et de maths : au programme lecture, écriture, additions, soustractions, géometrie, repérage dans l’espace etc…
Comme on s’est inventé instit’ pour quelques mois c’est pas toujours facile de trouver la bonne façon d’expliquer des choses qui nous paraissent maintenant tellement triviales !
Mais nous nous en sortons plutôt bien : Zoé lit de plus en plus facilement… il faut encore qu’on apprenne les « au », « eau », « om », « ph » et autres joyeusetés de la langue française… et elle calcule maintenant ses premières additions et soustractions de nombres entre 0 et 10 !
S’astreindre à une fréquence quotidienne d’enseignement depuis 8 mois (la pauvre n’a eu que 15 jours de répis pendant les vacances de son tonton !!) est parfois contraignant mais tellement gratifiant !!
 
 
Et une fois toutes ces petites choses quotidiennes effectuées, on peut commencer à penser à nos visites, nos balades, nos découvertes et à nos articles de blog aussi !!
 
Alors quand on peut se poser 1 semaine au camping Swiss Wassi au Pérou avec nettement moins de préoccupations quotidiennes, oui c’est carrément les vacances !!🏖🍸
 
 

8 Comments

  • Les parents

    Ce sont évidemment des aventures quasi quotidiennes , mais cela correspond bien au nom que vous vous êtes choisi , non ?
    Heureusement qu’il y a toutes ces merveilles que vous découvrez pour compenser et le bonheur d’être tous les quatre ensemble 24 heures sur 24 .
    😘😘😘😘des parents bien installés dans leur confort quotidien …

  • gaelle

    une lessive tous les 7 a 10 jours!!!!! tu me fais rever la!!! 😜

    • LesPAZAventures

      Bon à chaque fois c’est entre 8 et 12 kg de linge !! Voire même un peu plus si y a les draps avec …
      Ça en fait pas mal des machines !

  • Jérome

    C’est donc de là que vient le terme « usine à gaz » ?

    • LesPAZAventures

      Ben peut être bien !!

    • LesPAZAventures

      Ben peut être bien !!!

  • Madeleine

    Oui le camping car c pas tjrs la joie et ds cet environnement j’imagine mais plus tard vs y repenserez en évoquant les bons mais les mauvais en rigolant : c bien souvent comme ça heureusement! Alors bonne continuation et que les choses s’arrangent 😊

  • Edmond

    C’est vraiment compliqué ces histoires de gaz et ça depuis le début ! Du butane liquide dans une bouteille, il y en a à foison chez nous et en Europe je pense que nous avons les mêmes détendeurs et les mêmes raccords, en Amérique Latine pas moyen…
    C’est vrai que derrière un écran on ne voit pas toutes les contraintes quotidiennes liées à votre Aventure mais je crois que pour rien au monde vous n’échangeriez nos places respectives, ce n’est pas facile tous les jours mais c’est tellement beau ce long voyage que vous oublierez vite tous ces tracas qui sont le sel de votre Aventure.
    Gros bisous à vous quatre d’Alsace.
    Danièle et Edmond

Post A Comment