LesPAZAventures

Le parcours du combattant pour passer de l’Amérique du Sud à l’Amérique Centrale en camping car !

Après toutes nos bornes en Amérique du Sud, nous voilà arrivés au bout de la route… et oui entre la Colombie et le Panama, il n’y a pas de route, seulement une zone de forêts et de marais sans infrastructures et réputée assez dangereuse… zone connue sous le petit nom du Bouchon du Darién, le Darién Gap en anglais ou encore el tapón del Darién en espagnol ! 

Mais ce n’est pas cette petite zone d’à peine 200km de long sur 50 km de large qui pourrait arrêter des PAZAventuriers motivés… et de la motivation, il va nous en falloir, car nous venons de nous lancer dans un parcours du combattant bien coûteux !!
Plusieurs options sont possibles pour traverser quand on voyage en sacs à dos : l’avion ou la croisière en voilier…
darien2
En revanche quand on a un véhicule c’est un peu plus compliqué :
1) il faut d’abord trouver une compagnie maritime pour transporter notre camping-car. 
Et compte tenu de ses dimensions, il ne peut pas entrer dans un container, nous opterons donc pour l’option RoRo (Roll In – Roll Off : on dépose le camping-car au port avec les clés et c’est la compagnie maritime qui fait monter et descendre le véhicule du navire)
Pour éviter les vols à l’intérieur de la cellule, il est donc nécessaire de replacer la plaque de séparation cabine / cellule que nous avions déjà lors du shipping depuis l’Europe.
1 carthagene
Puis il faut amener son véhicule au port 48h avant le départ du navire (comme le nôtre est prévu un mardi, nous avons dû livrer notre camping-car dès le vendredi précédent).
Et ensuite il faut se farcir toutes les formalités administratives : paperasses diverses, inspection du véhicule par la douane et enfin contrôle narcotique le jour du départ du navire ou la veille… 
Nous sommes passés par un transitaire maritime qui nous a aidé (moyennant rémunération bien évidemment) dans toutes ces démarches. 
Contact : 

Luis Ernesto La Rota R.

gerencia@enlacecaribe.com

ENLACE CARIBE SAS

Tel +57 (5) 644 6145  –  6446022

Cartagena de Indias, Colombia

Tarif : 2710 euros tout compris 
Il est également possible de passer par la société maritime Hoegh qui propose aussi un service de RoRo, un peu moins cher, mais nettement moins fiable sur les dates de départ des bateaux qui bougent énormément.
Contact :
Miguel MORENO, Commercial Dept. Bogotá

MARITRANS S.A. as Agents for HOEGH in Colombia

hoegh.bogota@maritrans.com.co

Pour info, il ne sert à rien de contacter ces sociétés trop longtemps à l’avance, ils ne répondent généralement que 2 ou 3 mois avant la date requise pour le shipping. On ne peut vraiment réserver sa place sur un bateau qu’un mois avant le départ. 

2)

N’ayant plus de maison roulante, il s’agit maintenant de loger les PAZAventuriers momentanément devenus backpakers

Nous trouverons notre bonheur dans la vieille ville de Carthagène, dans l’hostal Las Indias, qui proposent des chambres simples mais climatisées (et compte tenu de la chaleur ambiante, 27°C la nuit, ce n’est pas du luxe) et met à disposition des hôtes une petite cuisine. 

2 hostal carthagene

Tarif pour 5 nuits : 244 euros, petits déjeuners inclus. 

3) Il faut ensuite faire traverser les PAZAventuriers qui ne peuvent pas voyager sur le cargo, de Colombie au Panama. 

Nous opterons pour l’option aérienne, moins exotique que la croisière en voilier par les San Blas, mais nettement plus rapide. 

Certaines compagnies proposent des vols directs entre Carthagène et Panama City, CopaAirlines (https://www.copaair.com/es/web/us) ou Wingo (https://www.wingo.com/es) : la première est hors de prix pour les vols achetés à la dernière minute et il nous a été impossible d’acheter des billets sur le site de la deuxième, compagnie low-cost colombienne où tous les services sont facturés en supplément. 

3 avianca

Nous sommes donc passés par la compagnie Avianca, avec une petite escale d’1h30 à Bogotá, soit 4h30 de voyage total au lieu d’1h30 en direct.

Le premier vol ayant eu presque 3/4 heure de retard, nous avons bien failli louper la correspondance… mais heureusement nous sommes arrivés à bon port et dans les temps ! 

Tarif : 1338 euros pour 2 adultes et 2 enfants. 

Il est certainement possible de trouver des billets d’avion moins chers, mais nous attendions d’être sûrs que le planning du bateau ne serait pas modifié avant de les acheter…

Petite info : le contrôle narcotique du véhicule devant être effectué le jour du départ du navire ou la veille, il est nécessaire de rester à Carthagène jusqu’au jour du départ en mer du camping-car.

4) une fois arrivés à Panama City, après une journée de voyage, et 30 minutes de taxi, nous pouvons enfin nous installer à l’hôtel Albrook Inn dans le quartier chicos de Panama, Albrook. 

Nous checkons les e-mails pour nous assurer que tout est OK pour sortir le camping car du port le lendemain.. et là, première mauvaise surprise : notre virement bancaire de règlement du shipping n’est pas encore passé et Enlace Caribe n’a pas payé la compagnie maritime… le camping-car ne pourra pas être sorti de douane le lendemain de notre arrivée. 

En catastrophe, nous recontactons la banque pour qu’elle nous envoie au plus vite une copie de l’ordre de virement pour régulariser la situation et que l’on puisse récupérer notre camping-car avant le week-end. 

Nous ne sommes pas à plaindre, l’hôtel est agréable, le restaurant sert de très bons plats et nous avons une piscine juste devant notre chambre ! 

Mais il ne faudrait pas que ça dure trop car nous sommes en train d’exploser notre budget journalier !! 

4 hotel panama

Tarif : 65 euros petits déjeuners inclus pour 1 nuit

Finalement nos histoires de virement bancaire prennent un peu plus de temps que prévu : les ordres de virements à l’étranger réalisés par notre banque (Le Crédit Lyonnais pour ne pas la citer !) se font via des télécopies ! et quand une petite tâche sur le fax rend illisible le « 11 » de novembre de la date de réception des fonds par le destinataire final, et que la banque intermédiaire aux États-Unis fait de la rétention en lisant un « 12 » de décembre à la place d’un « 11 » de novembre, nous nous retrouvons avec un prélèvement sur notre compte des 2560 euros dus, mais non crédités au transitaire, qui refuse de payer la compagnie maritime avant d’avoir reçu les fonds. La compagnie maritime  n’ayant pas été payée non plus, bloque au port notre camping car de Colon jusqu’au paiement.

Nous passerons une matinée entière à tenter de dépatouiller ce « merdier » (il n’y a pas d’autre mot !) en appelant tour à tour notre banque en France et le transitaire en Colombie… Fort pratique quand nous sommes ni dans un pays, ni dans l’autre…

Après plus de 3 heures au téléphone et juste avant que la banque ne ferme, nous arriverons tout de même à récupérer une copie de l’ordre de virement un poil plus lisible, où le « 11 » de novembre se lit (à peu près ) bien « 11 » et ne peut plus être interprété en « 12 » de décembre ! Ouf !

Sommes nous bien au XXIe siècle ? Nous certainement, notre banque, rien n’est moins sûr…

Manque de bol, le temps que les banques américaine et colombienne reçoivent les documents et fassent les corrections, il est déjà 16h en ce vendredi 1er décembre et la douane du port de Colon est fermée jusqu’à lundi matin…

Nous voilà contraints de passer le week-end à Panama City. Pour limiter les frais, nous changeons d’hôtel, et troquerons notre chambre devant la piscine pour une chambre privée dans l’auberge de jeunesse Casa Nativa où nous aurons accès à un grand salon, à un chouette jardin et à une cuisine !!

5 Hostal Casa Nativa

En début de semaine suivante, les choses n’ont toujours pas avancé et se sont même empirées : sur l’ordre de virement bancaire que nous avions demandé à notre banque, le 24 novembre, en faveur de Enlace Caribe SAS, nulle part n’apparait le destinataire final des fonds, seules les coordonnées de la banque intermédiaire aux États Unis y figurent !!

Et il s’avère que le 30 novembre les fonds nous ont donc renvoyés (légèrement amputés de 40 euros…) sans que personne à la banque n’y prête attention !!

Il n’y a donc plus aucun virement en cours pour le règlement du shipping de notre camping-car : pas étonnant que Luis n’ait toujours rien sur son compte !!

En catastrophe, nous demandons à Tonton de bien faire le virement pour nous : les banques de Bruxelles sont probablement plus au fait des virements internationaux, et surtout, elles sont ouvertes le lundi, pas comme notre agence du Crédit Lyonnais !

Ce second virement doit arriver en Colombie dans un délai de 4 jours maxi, soit le jeudi 7 ou le vendredi 8 décembre… nous « perdons » une semaine, mais nous pouvons encore être dans les temps pour aller récupérer Dziadzia et Baboucha à l’aéroport de San José au Costa Rica, le lundi suivant !

5)

Et comme l’histoire ne pouvait pas être si simple,  notre camping-car n’arrive pas à Panama City au bord du Pacifique, mais à Colon, sur l’autre côte, au bord de l’Atlantique, qu’il s’agit donc de rejoindre pour pouvoir (enfin !) récupérer notre camping-car. 

Nous filons au terminal terrestre d’Albrook, la gare des bus de Panama : avant de pouvoir accéder au quai, il faut acheter une carte RapiPass (2 dollars + 0,50 dollar de crédit), puis trouver le prochain bus qui part à Colon. Ce qui est super facile, puisqu’il en part quasiment toutes les 20 minutes, et même climatisés pour seulement 3,15 dollars par siège.

Durée du trajet : 1h30

6 bus

Tarif : 13 euros

Dernier rebondissement, en arrivant à Colón en fin de journée, dans un hôtel bien pourri situé au milieu d’une ville qui ressemble plus à un dépotoir géant qu’à une ville, nous apprenons que le vendredi 8 décembre est férié en Colombie et au Panama !! Et qu’il nous sera donc impossible de récupérer notre camping-car avant le week-end… Quand la poisse s’installe, elle ne le fait pas à moitié ! 
7 colon$
Il ne nous faudra pas bien longtemps pour décider de fuir Colón pour le week-end… Nous voilà donc encore une fois en train de reboucler les sacs… ce cirque commence à être sincèrement fatiguant : physiquement avec des nuits pas très reposantes dans des hôtels bruyants aux literies inconfortables, mais surtout psychologiquement puisque depuis bientôt 10 jours nous vivons au jour le jour, attendant que la situation veuille bien se débloquer, ne sachant pas le matin où nous allons dormir le soir même, ne faisant des courses qu’au goutte à goutte pour des questions de conservation dans  l’ambiance tropicale humide dans laquelle nous évoluons, alternant entre les 4 malheureux livres que nous avons emportés pour les histoires du soir…
Une seule chose est certaine, c’est que nous serons jamais à l’heure à l’aéroport de San Jose au Costa Rica pour aller récupérer Dziadzia et Baboucha, qui viennent nous rejoindre pour les fêtes… GRRR…

6)

 Le lundi 11 décembre à la première heure, nous contactons Enlace Caribe : le virement belge est arrivé sur son compte, ouf ! (Merci Tonton, qu’est ce qu’on ferait sans toi ?!) Il ne reste plus maintenant qu’à payer la compagnie maritime pour la traversée du camping car, à faire les paperasses de la douane avec le transitaire panaméen Ever Logistics, les diverses inspections du véhicule, à payer les taxes variées… et enfin, vers 15h nous retrouvons notre camping car !!
Boris G. Jaramillo
Ever Logistics, Inc.
e-mail: sales3@everlogistics.net
e-mail: boris_jaramillo@hotmail.com
Phone: (507) 431-0390 / 431-0391 / 431-0392 / 431-0393 / 431-0394
Fax : (507) 431-0395
Cel.: (507) 6213-3485
Tarif : 487 euros
Bref, 18 longues journées d’attente pour une traversée d’à peine 18 heures !!
Et si on met bout à bout toutes nos dépenses, la traversée d’Amérique du Sud à l’Amérique Centrale pour 4 PAZAventuriers et leur camping-car nous aura pris presque 3 semaines (5 jours à Carthagène – 1 jour de voyage en avion entre Carthagène et Panama – 11 journées à l’hôtel à Panama en attendant que le règlement du shipping soit effectif
– 1/2 journée de trajet entre Panama et Colon – 1/2 journée de dédouanement de notre « maison ») et nous aura coûté la « modique » somme de  6325 euros (cf. détail dans tableau ci dessous). Notre budget voyage vient d’en prendre un grand coup !
dépenses shipping final
Et dire qu’en 2015, on aurait pu prendre un ferry avec notre camping-car entre Carthagène et Colon…
Bref, après toutes ces péripéties, nous avons enfin retrouver notre maison à roulettes…
Et c’est parti pour la suite des PAZAventures en Amérique Centrale ! 

One Comment

  • Hélène BOUÉ

    L’aventure , c’est l’aventure ….avec ses belles découvertes mais aussi ses tracas .
    Heureusement tout finit par s’arranger. Et Dziadzia et Baboucha se sont bien débrouillés tout seuls à San José !
    😜😘😘😘😘

Post A Comment