LesPAZAventures

Notre traversée express du Honduras et du Salvador

Dans notre projet initial, après le Nicaragua, nous comptions visiter le Honduras tranquillement avant d’arriver au Guatemala… 
Mais les récents événements politiques liés à l’élection présidentielle de fin 2017 au Honduras nous ont fait revoir notre itinéraire ! Nous n’avons pas d’autre choix que de traverser le pays, mais nous avons la possibilité de le faire sur une très courte portion d’environ 150 km pour rejoindre le Salvador, avant d’entrer au Guatemala. 
Le passage de frontière est assez rapide : après avoir payé une taxe d’entrée de 3 US$ par passeport et de 40 US$ pour le camping car, nous sommes libres de circuler sur les routes honduriennes ! 
1 traversée honduras express
Nous ne verrons pas grand chose de ce pays, uniquement des paysages très secs et des bords de route vraiment très sales… on en avait perdu l’habitude depuis le Pérou et franchement ça me nous manquait pas

En moins de 160 km et de 3 heures de route nous avons été arrêtés 2 fois : 

– la première par la police pour vérifier nos papiers et s’assurer que les enfants assis à l’arrière étaient bien les nôtres
– la deuxième fois par les pompiers qui voulaient nous vendre des billets de loterie à 100 lempiras pour gagner un Isuzu Dmax  que nous avons décliné : d’une part nous n’avons que 12 lempiras (la monnaie que la dame a rendu à Pierre sur son dollar de photocopies) et d’autre part, nous sommes déjà véhiculés et ne saurions que faire d’un Dmax au Honduras 😄
Et enfin nous arrivons à la frontière du Salvador. Là encore, le passage de la migration et de la douane sont plutôt rapides… et alors que nous attendions l’inspection du véhicule par les autorités salvadoriennes, nous nous apercevons avec effroi que nous avons perdu sur la route la fenêtre du lit de Zoé !! 
2 salvador
Ok, elle était partiellement décollée et nous attendions qu’elle finisse de se décoller entièrement afin de la réparer proprement. Mais jamais nous n’aurions pensé que les fortes raffales de vent hondurien auraient réussi à l’emporter… 
Dans notre malheur, nous avons quand même eu du bol (et oui il faut toujours voir le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide dans les situations pourries !) : déjà le store de la dite fenêtre envolée était fermé, ce qui nous a évité de semer toutes les affaires de Zoé sur la route, et puis il fait beau et chaud de ce côté du Salvador, donc passer une nuit avec une fenêtre manquante est loin d’être une catastrophe… et comme toutes les fenêtres des couchettes sont identiques, nous sacrifions une fenêtre de la capucine pour remplacer celle de Zoé, et enfin, nous sommes tout proches de la ville San Miguel qui regorge de quincailleries ! 
Après une première nuit en terre salvadorienne, nous écumons les magasins de bricolage à la recherche des matériaux nécessaires au rafistolage de notre fenêtre perdue : contreplaqué, silicone, forets à monter sur la clé à cliquet, bombe de peinture blanche, tiges filetées, rondelles etc… la matinée fut bien chargée et sous des températures avoisinant les 35°C, bien pénible… 
Avec tout notre ravitaillement, nous reprendrons notre route vers le Guatemala afin de trouver un bivouac un peu plus haut en altitude et donc un peu plus frais… 
Sur la route les bas-côtés nous apparaissent franchement sales, pires que ceux du Honduras, et c’est peu dire… on croise plusieurs vaches ou chevaux morts en pleine décomposition le long de la route et même un à l’entrée d’un village, sans que cela ne paraisse gêner personne… 😝
Nous nous arrêterons à quelques dizaines de km de la capitale San Salvador dans une station service à près de 800 mètres d’altitude et Pierre, alias MacGyver, entre de nouveau en scène… ça scie, ça ponce, ça perce, ça colle, ça peint et finalement le lendemain matin nous sommes contents de poser notre obturateur de fenêtre en attendant de rentrer en Europe pour la remplacer… 
2b fenetre
Parés pour reprendre la route !! 
Pour nous remettre de toutes nos émotions et des longues heures de route faites ces 2 derniers jours, nous partons nous détendre aux Termos del Rio, une sorte d’aqualand salvadorien, idéal pour les jeunes enfants : parc de jeux aquatique, piscine à vagues, toboggans… les filles sont aux anges ! 
3a termos del rio
Nous profiterons de cette petite pause pour nous initier à la gastronomie locale : les pupusas, des tortillas de maïs fourrées au fromage, aux frijoles (haricots noirs), ou au piment jalapeño ! Elles sont servies dans de drôles de petites assiettes percées avec un condiment aux légumes (choux, carottes, oignons) et de la sauce tomate !! Avec ou sans, c’est un régal ! 
3 pupusas
Après cette pause sympathique, nous poursuivons notre route en direction du parc national du Cerro Verde, la montagne verte.
Il y a 3 volcans dans ce parc :
– le volcan préhistorique, le fameux Cerro Verde, qui est maintenant complètement recouvert de végétation. On a d’ailleurs du mal à s’imaginer qu’on se promène dans le cratère au milieu de cette jolie forêt ! 
– le volcan endormi, le Santa Ana, dont la dernière éruption date d’octobre 2005. Il est possible de monter jusqu’au cratère afin d’y admirer le joli lac émeraude. Mais les 4 heures de marche avec Agathe sur les épaules, au milieu d’un groupe de 40 autres personnes et escortés par un guide et la police du tourisme pour dissuader les éventuels voleurs qui guetteraient les touristes, tels des brigands de grands chemins du Moyen Âge, ne nous ont pas trop inspiré ! Nous nous contenterons d’admirer ses flancs depuis le point de vue de la petite balade sur les sentiers forestiers du Cerro Verde. 
4 cerro verde
– le volcan Izalco, le phare du Pacifique. Sorti de terre lors de son entrée en éruption au XVIIIe siècle, il permettait aux navigateurs de se repérer. Aujourd’hui, à part quelques volutes de fumée qui sortent du cratère, il parait bien calme, mais bien pelé ! 
5 cerro verde
Une fois la balade terminée, nous repartons en direction de la frontière guatemaltèque. 20 km avant de changer de pays, nous faisons un petit détour par un site géothermique situé dans le jardin d’une vieille dame ! Ça fume bien par ici et ça sent aussi pas mal l’oeuf dur 😉
7 los Ausoles
Comme cette dame a quelques difficultés à cultiver son jardin, elle compense en demandant un droit de passage… à 0,50 US$ par personne, pas sûr qu’elle s’y retrouve, mais bon c’est elle qui voit ! 
Et finalement, 5 jours après avoir quitté le Nicaragua, le jour de la saint Valentin, nous arrivons à la frontière guatemaltèque, le jour des 40 ans de Tonton et des 12 ans de Lilou (feliz compleaños !). 
Pour une fois, les formalités douanières sont super rapides et en moins d’une heure, nous circulons au Guatemala avec une nouvelle vignette collée sur le pare-brise par la douanière ! 
8 guatemala
Il ne nous reste plus que 67 jours pour visiter le Guatemala : et oui l’autorisation de séjour de 90 jours en Amérique Centrale est unique pour 4 pays, Nicaragua, Honduras, El Salvador et Guatemala ! Une fois qu’on entre dans un de ces pays, le compteur est déclenché… 
Comme il n’est que 13h, nous décidons de poursuivre notre chemin… 
tous les voyageurs rencontrés en voyage nous ont annoncé des routes très défoncées au Guatemala, et nous redoutons les trajets interminables… pourtant nous rejoindrons Antigua Guatemala, l’ancienne capitale du pays, distante de la frontière de 135km en moins de 3h30… d’accord, notre moyenne n’est que de seulement 40 km/h, mais c’est nettement plus rapide que les 20km/h annoncés par nos amis belges passés par là la semaine précédente ! 
6

2 Comments

  • Hélène BOUÉ

    On te savait , Aude , grande admiratrice de Mac Gyver , mais on ne savait pas que tu l’avais épousé ! 😉

  • Edmond

    Il y a bien longtemps que nous n’avons pas vu un ciel bleu comme vous l’avez eu aux Termos del Rio. Encore Bravo Pierre! Bon séjour au Guatemala.
    Bises à vous tous.
    Danièle et Edmond

Post A Comment