LesPAZAventures

Sinchi Warmi, un petit coin de paradis !

Nous reprenons la route vers le nord : direction Tena, en pleine forêt amazonienne, à quelques 500 mètres d’altitude !

Plus on s’avance, plus la végétation est luxuriante, et plus les températures grimpent… On sent vraiment la moiteur de la jungle équatorienne !

Peu avant d’arriver à Tena, nous bifurquons le long du Rio Napo, en direction de Puerto Misahualli, et le centre touristique communautaire Sinchi Warmi, qui nous a été fortement recommandé : il s’agit d’un projet monté par une communauté quechua, majoritairement par des femmes (d’où le nom de Sinchi Warmi : « femme courageuse ») afin de développer durablement la région !

Nous arrivons dans un très joli lodge au milieu d’un jardin magnifique. Les gens sont très accueillants, et nous apprécions énormément les douches froides !

1 sinchi warmi le lodge

7 dans les jardins de Sinchi

De très nombreuses activités sont proposées, et nous choisissons d’emblée de commencer par la fabrication de chocolat !

C’est Melissa qui se chargera de nous apprendre les bases essentielles de la fabrication de chocolat à partir des cabosses de cacao.

Première étape, visite de la plantation de cacao, petit arbre aux vertus multiples : les jeunes cabosses servent à soigner les infections, quand elles sont appliquées en cataplasme sur la peau, les feuilles et les jeunes branches sont données en tisane aux femmes après l’accouchement, et bien entendu, les cabosses servent à fabriquer du chocolat !

2 visite plantation cacao

Une fois les cabosses récoltées, il faut faire sécher les graines entourées de pulpe blanche, parfois directement, et parfois après quelques jours de fermentation.

Melissa nous montre la méthode artisanale de séchage des graines de cacao : soit sous une petite serre, ou bien directement sur le bitume de la chaussée ! Les graines sèchent ainsi de 3 à 7 jours et passent d’une couleur violette, à une couleur café.

3 séchage cacao

Et c’est seulement une fois les graines séchées que les choses sérieuses commencent : direction la « Chocolate Wasi », la maison du chocolat !

  • tout d’abord il faut torréfier les graines : une 20aine de minutes dans une grosse marmite ! Attention, il faut remuer constamment les graines pour ne pas les laisser brûler
  • puis il faut les peler : c’est à dire, enlever la fine pellicule qui restent autour de la fève de cacao… Rien que torréfiée, la fève est déjà délicieuse à croquer !

4 torréfaction des fèves

  • quand il ne reste plus de petites « peaux », on broie les fèves de cacao dans un moulin : après le 1er passage, on peut ajouter un peu de sucre (ici de la « panela », une sorte de cassonnade de sucre de canne, très bon pour la santé !), et un peu de lait en poudre
  • 3 passages au moulin sont nécessaire pour obtenir du chocolat…
  • la dernière étape est au choix : soit on le prépare en jolies petites formes que l’on fera sécher une nuit avant de les déguster, soit on ajoute un peu de lait pour faire une sorte de ganache que l’on peut napper sur de l’ananas, par exemple

5 broyage chocolat

Dans tous les cas c’est délicieux, même en masque sur le visage… quoiqu’un peu amer !

6 produit fini

Une autre activité proposée est une initiation à l’artisanat local : les filles étaient très motivées pour apprendre à faire bracelets et colliers.

Cette fois ci c’est Betty qui s’est chargé de nous expliquer comment faire :

1ère étape : il s’agit de fabriquer nous-même les fils qui nous serviront à tresser des bijoux. Et c’est grâce à la plante « Pita Waska » que nous y arriverons.

Après avoir trouvé une feuille à notre goût, il faut lui enlever les épines qui la bordent, puis la passer le long d’un bois anguleux pour casser la « chair », la frapper ensuite contre un arbre afin de pouvoir la séparer en 2, et enfin gratter toute la chlorophylle présente dans la partie contenant les fibres !

8 artisanat n1

9 artisanat 2

On lave ensuite les fibres obtenues, on les fait sécher et enfin on peut les filer !

10 filage des fibres

Une fois filées (ce qui n’est pas une mince affaire !), on peut teindre les fibres à l’aide d’autres plantes… Betty ne nous a pas détaillé les étapes de teinture, assez longues elles-aussi.

Nous sommes passés directement à l’étape fabrication de bijoux en tressage, et Zoé s’est rapidement montrée très douée pour cette activité !

11 création bijoux

Nous nous sommes donc approvisionnés en fils de diverses couleurs et en graines variées afin de pouvoir poursuivre cette activité à la maison (roulante) !

C’est sur ces entrefaites que nos amis belges des petits pas dans les grands nous ont rejoint : nous décidons de partir tous ensemble le lendemain pour une petite balade en pirogue sur le Rio Napo, seul moyen d’accéder au refuge pour animaux de la jungle amaZOOnico.

12 balade en pirogue

Ce centre privé, fonctionnant principalement grâce aux bénévoles qui y travaillent, recueille des animaux saisis par la police ou le ministère de l’environnement chez des particuliers ou des communautés qui prennent des animaux sauvages pour des animaux de compagnie : toucans, perroquets, singes, anacondas, « tigrillos », chats sauvages, tapirs, caimans etc…

Certains de ces animaux pourront être relâchés à terme, mais d’autres, trop dépendants de la présence humaine, ne le pourront malheureusement pas…

13 amaZOOnico

14 amaZOOnico

Au retour, notre pilote de pirogue (on était bien content qu’il nous emmène car il est moins facile de naviguer sur cette rivière qu’il n’y parait au premier abord !), nous dépose à Puerto Misahualli, à 2 km à peine de Sinchi Warmi.

15 puerto misahualli

La plage sur laquelle on débarque, est le territoire d’un groupe de singes capucins, assez coquins et bien chapardeurs !

A peine ont-ils vu le sac poubelle accroché au sac à dos de Pierre, que l’un d’entre eux s’est rué dessus et en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, il est grimpé sur l’arbre le plus proche avec sa proie !

Une fois toutes les miettes de chips du fond du paquet terminées, le sachet de Doritos est retombé du ciel, nous n’avons eu plus qu’à le ramasser et à le rapporter à Sinchi Warmi pour le jeter à la poubelle !!

16 singe chapardeur

Mis à part les horrrrribles petites mouches dont les piqûres grattent affreusement pendant des jooooouuurs, nous avons passé un excellent moment en compagnie de gens extrêmement gentils dans ce petit coin de paradis !

2 Comments

  • Hélène BOUÉ

    Vous saurez décidément tout faire après votre séjour en Équateur : soigner et nourrir les animaux, fabriquer du chocolat 🍫, utiliser les fibres naturelles et les graines pour créer de jolis bijoux ….
    Et en plus vous nous faites partager toutes vos expériences,merci , merci 😅.
    😘😘😘😘

  • Edmond

    Tous les jours ou presque de nouvelles aventures dans des endroits paradisiaques. Ça fait rêver. Merci beaucoup et bonne continuation.
    Grosses Bises
    Danièle et Edmond qui mange du chocolat par procuration.

Post A Comment